Matériel et équipement de Boxe
Rechercher Votre Panier   Continuer les achats

Mannequin de bois - MB1


Information complémentaire
899,00 €
En Stock
Ajouter au Panier
Mannequin de bois - MB1Mannequin de bois - MB1
Ce mannequin de bois est fabriqué en Bois Exotique "PseudoSindora" (un bois dense de classe 2 comme le chêne , il ne moisit pas et est très durable ) et est d'une hauteur de 165cm. et d'un poids de 48Kg. ce qui permet de travailler au mannequin de bois des formes d'enchaînements spécifiques à certaines écoles de kung fu. Il existe de nombreuses écoles en Chine qui utilisent le mannequin de bois. Ces mannequins peuvent ètre differents en fonction des styles et des besoins de chacun. La forme de l’école Wing Chun suite à la destruction des temples par l’empereur Qianlong en1768 compte environ 108 exercices au mannequin de bois.Il sert à travailler les mouvements, la coordination, la précision, la mobilité, la vitesse d’exécution des techniques.
La légende de son apparition est celle ci :
Un paysan chinois est là, appuyé sur sa faux, au milieu de son champ, contemplant la vaste étendue verte qui l’entoure. Il lui a fallu travailler la terre, semer, entretenir et surveiller constamment les oiseaux, menaces du ciel, friands de graines et de jeunes pousses. Afin d’éloigner ces animaux nuisibles à la bonne marche de ses affaires et à l’abondance de sa récolte, notre paysan a installé dans son champ un mannequin grossièrement vêtu et maquillé de façon à le faire passer pour un être humain aux yeux des volatiles trop gourmands. Debout aux côtés de son épouvantail, le paysan, dans sa solitude, a pris l’habitude de le traiter en confident. Il lui fait part de ses soucis, de ses espoirs et de ses peines aussi. De la même taille que son créateur, le mannequin pourrait presque passer pour son frère jumeau si ce n’était sa longue carcasse de bois qui le distingue et lui donne l’allure d’un guerrier cuirassé.
Un jour, le paysan a pris le mannequin à parti dans le conflit qui l’oppose au seigneur de la région. Muet et sourd aux menaces vengeresques du paysan, l’épouvantail reste froid devant les reproches du paysan et celui-ci commence a le frapper des poings, des pieds utilisant pour cela les techniques de kung fu qu’il a apprises longtemps auparavant d’un vieux maître du village. Sa colère passée grâce au défoulement physique, le paysan reprend sa faux et retourne à sa chaumière derrière les collines vers l’est. Le soir, il parle de sa journée avec sa femme et ses amis. Assis autour du feu, ils écoutent tous le paysan raconter sa colère et la façon dont il transforma l’épouvantail en partenaire de kung fu. Tout le monde s’amuse et rit de son récit, mais dans l’esprit d’un des convives – un proche disciple du vieux maître – la flamme s’est allumée. Le feu créateur s’est embrasé : le Mook Jong est né.

Il se fixe au mur par 4 points ,